jeudi 9 janvier 2020

2020 !

Parmi le chaos de branches et de feuilles mortes de la saison passée,  
Recouvertes par le givre mordant, chaque matin de chaque jour, 
Ces feuilles vertes affichent un certain optimisme,
Et nous livrent un mantra qui pourrait être le nôtre. 




Malgré l'adversité, que 2020 soit pour vous Joie, Confiance et Espérance !

Je vous embrasse. Claudie.  

vendredi 20 décembre 2019

La crêche de Noël en argile.

Il y a déjà bien des années, j'avais modelé dans l'argile, les principaux santons pour commencer une crèche. 
Cuits ensuite dans le four d'un ami potier, peints puis vernis, l'ensemble forme une crèche naïve, très simple, dépouillée. 
Nous la retrouvons avec joie chaque fin d'année ! 

Et je raconte toujours cette histoire aux Loulous lorsqu'ils rêvent devant.... 
     
      " ...ici Joseph est seul, il cherche un lieu qui pourrait accueillir Marie et le bébé qu'elle porte.    
Il le trouve entre un âne et un bœuf."


"...le bébé est né, Joseph se place de façon à les entourer de ses bras. 
Un vieux berger, avec un bâton lui servant de canne, s'approche... "








"....Trois personnages voulant voir l'enfant, eux aussi cherchent leur route, demandent leur chemin..."

(je me rappelle le plaisir que j'avais eu à rajouter la cape en tissu de Balthazar, à confectionner la petite couronne de perles, à rehausser d'or les habits des Rois Mages !)









Voici la crèche dans son ensemble, avec les santons faits maison et quelques intrus trouvés dans des brocantes. 

Chaque année, je me promets de l'étoffer, de modeler de jeunes bergers ressemblant à chacun des Loulous, de sculpter quelques animaux....et je suis prise par le temps.


Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année, douces et joyeuses à la fois !



vendredi 6 décembre 2019

Le petit lit bleu de poupée.

Une merveilleuse petite fille venue du bout du monde a rejoint le foyer de jeunes amis. 
Philomène a cinq ans, aussi le cadeau pour son arrivée se devait d'être différent de ce que je réalise  habituellement pour fêter un bébé.  


J'avais trouvé en brocante un lit pour poupée en bois peint, réalisé de façon artisanale, sûrement par un papa ou un grand père (ou par une maman ou une grand mère !). 
La découpe est astucieuse, et les cinq planches de bois sont collées car ni clous ni vis ne sont apparents. 
Impossible de le donner ainsi, il était taché et le dessin naïf sur le pied du lit assez abimé.


Après un léger ponçage, j'ai passé une couche d'accroche, l'ancienne peinture étant sûrement glycérophtalique ("à l'huile"). Cette couche d'accroche permet de faire le lien entre deux peintures de nature différente. Le petit lit a ensuite reçu deux couches de peinture acrylique ("à l'eau")  Ressource (The blue : San Francisco Maison bleue) satin velouté. 



Mais le couchage des poupées ne pouvait qu'être moelleux et confortable !



Un petit matelas a été découpé dans de la mousse, puis recouvert de ouate cousue à grands points.



Une housse en piqué de coton blanc, munie d'une fermeture à glissière termine le matelas.
Il est déhoussable, on ne sait jamais, un petit accident est vite arrivé même dans le monde des poupées....



Le petit oreiller en coton est lui aussi déhoussable. J'ai réalisé un passepoil dans le même tissu que celui de la couette.



Philomène, comme beaucoup de petites filles de son âge a une passion pour le rose, aussi sans grands risques, pour la couette, j'ai choisi un coton fleuri dans cette couleur !



Pour donner du gonflant, la ouatine de l'intérieur de la couette et le tissu fleuri sont maintenus ensemble par une couture à quelques centimètres du bord et par six petits cercles brodés et répartis sur la couette...que ma machine à coudre a géré de façon automatique.



Les poupées de la maison tiennent conseil et le hibou, curieux, ne peut résister.....


......à se mêler à la conversation !


Bienvenue à toi petite Philomène, pétillante de joie de vivre !


PS: J'ai appris tout récemment, lors de la visite d'un parc ornithologique, comment différencier hibou et chouette et ne plus jamais se tromper. 
Le hibou, comme notre curieux ci-dessus, a deux petites aigrettes, qui ne sont pas des oreilles mais un ensemble de petites plumes sur le dessus de la tête. Tout comme le H, première lettre de son nom, a deux pointes. 
La chouette elle, arbore une petite tête toute ronde, ronde comme le C qui débute son nom.  


Tissus: mondial tissus de ma réserve. 
Poupées: anciennes poupées des nos enfants, marques Corolle, Tinnie....
Hibou: marionnette Ikéa. 
Lit: Brocante. 

jeudi 14 novembre 2019

Le sapin en bois calendrier de l'Avent (tuto) #2.



Bis repetita....pas tout à fait. 

Ceux qui fréquentent ce petit espace depuis quelque temps, reconnaitront peut-être le sapin calendrier de l'Avent réalisé il y a déjà plusieurs années à quatre mains. 
Noël approche et notre deuxième famille de Loulous n'avait pas son calendrier de l'Avent !
L'avantage, lorsque l'on refait, est que très souvent on améliore. 
Le premier sapin était un peu petit, les sachets se bousculaient un peu.  
Celui ci est son cousin germain, ou plus justement son grand frère.

La hauteur a été augmentée de 10 centimètres.  
J'ai, cette fois ci, fait un schéma facilement reproductible. 
Le quadrillage présente 25 carrés (de 2 centimètres de côté) en hauteur et 20 carrés en largeur.  
La planche de 18 mm d'épaisseur, mesure donc 50 centimètres de haut sur 40 centimètres de large.


Une fois le pourtour découpé, la feuille de papier appliquée sur la planche, vous tracez votre sapin. 
Les deux encoches (qui permettent aux deux parties de s'emboiter) mesurent 25 centimètres de hauteur, soit la moitié de la hauteur du sapin. Leur largeur doit être impérativement la même que celle de l'épaisseur de la planche soit pour ce sapin 18 mm.         
Pourtour et encoches sont découpées à la scie sauteuse. 
Avant de démarrer, un petit trou à la perceuse permet de finir plus facilement le haut de l'encoche. 
Les encoches sont ensuite ajustées avec râpes à bois et limes. 


Après un ponçage au papier de verre et deux couches de vernis mat incolore, voici les deux parties du sapin terminées. 


J'ai rajouté les petits crochets dorés, un peu plus de 24 pour permettre d'accrocher aussi quelques boules.  En faisant un pré-trou avec un clou, vous pourrez visser les crochets à la main, à l'emplacement choisi.




Reste ensuite le travail de couture: les sachets de 1 à 24 sont en différents tissus de plusieurs couleurs: lin, coton, feutrine. 
J'aurais aimé changer mais la jeune maman aimait beaucoup les tons du "sapin petit frère", je les ai donc repris. 
J'ai réalisé le marquage soit en brodant les chiffres au point de tige sur la feutrine, soit avec des tampons (trouvés en brocante) et de l'encre spéciale tissu.







Des rubans de satin, de différentes couleurs et différentes largeurs permettent de fermer et d'accrocher les sachets sur les crochets dorés.




Un sac ultra simple, confectionné dans ce tissu, a été donné à la jeune maman pour permettre le rangement de l'ensemble, jusqu'au premier décembre de l'année prochaine.


A la tombée de la nuit, juste avant de découvrir le sachet du jour (et surtout son contenu !), le sapin paré d'une douce guirlande fine s'illumine, et ses lumières brillent très fort dans les yeux des Petits !




Tissus mondial tissus. 
Maisons blanches: brocante. 
Rubans de satin: la petite mercerie en ville.

samedi 12 octobre 2019

Les petites étagères (ou comment changer de cuisine ...sans changer de cuisine)


Il y a une trentaine d'années, lorsque nous avons rénové cette vieille maison, nous avons fait des choix que nous ne regrettons toujours pas. Carreaux muraux sobres, blancs, mats, avec des joints gris, hotte métallique. 
Mais les "cuisines intégrées" étaient à l'époque systématiquement proposées.  
La nôtre, en bois très clair comportait un seul élément haut, assez important malgré ses trois portes vitrées. 
Le temps passant, les enfants partis du nid, l'envie d’être entourés de moins d'objets s'est peu à peu imposée. 
Nous avons alors décidé de changer de cuisine...sans changer de cuisine ! 

Tout d'abord, il fallait déposer l'ancien élément. 
Sur la photo ci dessous, il ne reste que le corps du meuble...bien assez lourd.
Ce fut un grand moment de solitude, même si nous étions deux !
Car ce meuble d'un poids certain, imposant, restait en place, alors que toutes les nombreuses vis, attaches et fixations avaient été supprimées. En fait, il était aussi collé et s'est détaché après quelques coups de marteau.


Et il a été remplacé par ces deux étagères, beaucoup plus aériennes, moins profondes. 
Lorsque assis à table nous levons les yeux, exit "la cuisine intégrée". 

Ces charmantes demoiselles nous offrent leur décor changeant suivant les saisons (j'imagine une guirlande de toutes petites lumières courant le long de leur bord au moment de Noël).  

Les objets utilisés plusieurs fois par jour, comme tasses, bols, coupelles sont d'un accès très simple, je n'ai qu'à tendre le bras ! 


On retrouve sur les étagères les petites planches à découper présentées ICI.



Nous avons utilisé des équerres toutes prêtes trouvées en magasin de bricolage (20 cm x 20 cm). Elles ont été traitées avec deux couches d'un vernis mat. 
La taille des équerres et leur nombre est à adapter en fonction de la charge prévue sur les étagères. 



La hotte inox, qui n'est plus plaquée contre un meuble profond, ressort ainsi beaucoup mieux.   


Pour les planches, le mélaminé blanc mat est parfait. Il existe en différentes profondeurs, ici 20 cm. L'ancien meuble beaucoup plus profond (40 cm), diminuait grandement la luminosité de ce coin. 
Nous avons eu le choix entre différentes longueurs, ici 120 cm. 

Avoir des planches toutes prêtes, qui ne seront pas retaillées, permet d'avoir tous ses champs en mélaminé, et donne un fini que l'on n'aurait jamais obtenu avec un ponçage et de la peinture blanche.   



Une petite lampe en porcelaine, toute en transparence apporte une belle lumière le soir venu.



Dans notre démarche de de pas jeter un objet qui pourrait être encore utile, l'ancien meuble a trouvé une belle place au cellier. Il permet de conserver, à l'abri de la poussière, conserves maison et plats peu utilisés. 

La petite plante tombante, avec des feuilles en forme de cœur (je n'en connais pas le nom, si certains le savent, je suis preneuse) semble particulièrement se plaire sur ce nouveau support. 
Pour la première fois, elle fait des fleurs !






Les objets divers et variés proviennent de chez le suédois ou de brocante. 
Planches à découper home made. Lampe Anglepoise. 

dimanche 7 juillet 2019

Le coussin à dents de lait.

Petit Émile, l'ainé des Loulous, arrive à l'âge où les premières dents de lait commencent à bouger. 
Qui dit dent mobile, dit chute imminente. 
Qui dit chute imminente, dit intervention de la petite souris. 
J'ai réalisé pour la future occasion, un coussin et je voulais que ce dernier raconte une histoire.


" Il était une fois une petite souris, qui pour apporter un sou à un petit garçon confiant, osa braver sa peur et quitta le monde de ses amis (nombreux) de la forêt. Elle emprunta le chemin qui conduit à la maison du petit garçon, prit la dent de lait, la déposa dans une petite boite en buis, referma le couvercle, laissa la boite sur une petite table près du lit supposant (à juste titre) que la maman du petit bonhomme voudra garder cette précieuse relique. 
Avant de retourner dans sa forêt protectrice, la souris glissa le sou dans une petite poche prévue à cet effet sur le coussin." 
Parfois le pactole peut être plus conséquent car le gain est souvent proportionnel aux circonstances de la perte dentaire: chute spontanée, aide d'un praticien, ou véritable anesthésie locale en cas de quenotte récalcitrante !


Ce petit coussin, utile seulement occasionnellement sera de sortie encore assez souvent. Calculons...vingt dents de lait par Loulou, multiplié par trois Loulous cela représente tout de même une soixante fois !
Bon, je ne sais pas si, pour la chute des dernières dents de lait, qui peut survenir parfois vers 13, 14 ans, la maman placera ce coussin gentillet sur le lit de ses gaillards !

Pour sa réalisation, après avoir cousu à la machine les différents tissus, la petite bestiole est brodée avec un tambour au point passé empiétant. J'ai suivi les explications de Sarah du blog " Les plaisanteries ", sur son joli livre "Des idées à broder". Je brode peu, aussi ce support m'est très utile.  


La plus grande difficulté a été de réaliser pour les yeux, deux points de nœuds de même grosseur et surtout placés de façon symétrique. 


Voici notre petite bête au regard maintenant vif, bien campée sur ses fines pattes, et qui parait totalement investi de sa mission.


J'ai fait des essais avec deux fils juste déposés sur le tissu gris pour figurer son futur chemin.


Après le tracé au crayon effaçable pour tissu, le chemin est maintenant brodé au point arrière.



Un passepoil permet de relier plus joliment les deux cotés du coussin.



Une vue sur la fermeture invisible.


L'enveloppe a été ensuite garnie avec un oreiller de 60X60 de chez le suédois. 
Je l'ai coupé en deux, gardant seulement un coussin de 60X30.


Pour les photos, le coussin à dents de lait prend la pose contre un lit ancien qui était celui de mon arrière grand père, et dans lequel commence à dormir maintenant le plus grand des Loulous. 
C'est donc le lit de son arrière-arrière-arrière grand père. De quoi donner le tournis mais c'est tellement émouvant !



Je vous souhaite un très bel été serein et reposant, mais aussi inventif et passionnant. 

A très bientôt avec de nouvelles bricoles !


Tissus: lin gris et imprimés de coton de chez Mondial Tissus.
Dessin de la souris: inspiration pinterest: Le jardin d'Aliselle, d'après le livre " Transferts de fête " Odile Bailloeul, Ed " Le temps apprivoisé ".
Accessoires (fermeture, biais pour le passepoil, fils DMC): ma mercerie préférée en ville !